Les Comités Uniques ( CNU et CLU )

Comité local Unique (CLU) et National (CNU) : Ces comités ont été créés par la direction de la CDC en remplacement des comités techniques. Ils ont les mêmes compétences que ces derniers et sont consultés sur la gestion et la marche générale de la CDC comprenant les effectifs, les missions, l’emploi, les orientations stratégiques, l’égalité professionnelle, la formation, les évolutions technologiques…

Lire la suite...

Délégation des personnels privés ( DPP )

Délégation des personnels privés ex Délégués du personnel (DP) : Les délégués de Droit Privé sont élus pour quatre ans. Ils représentent les salariés auprès de l'employeur et lui font part des réclamations individuelles ou collectives en matière d'application de la réglementation du travail. Ils sont reçus très régulièrement par la direction.

Lire la suite...

Commission Administrative Paritaire ( CAP )

Les CAP : Aux termes de la loi du 11 janvier 1984, il existe dans chaque corps de fonctionnaires une Commission Administrative Paritaire (CAP) comprenant en nombre égal des représentants de l'administration désignés et des représentants du personnel élus. A la CDC, on compte 5 CAP :

Lire la suite...

Comité Santé, Sécurité et Conditions de Travail ( CSSCT )

Le CSSCT vient en remplacement du Comité Hygiène Sécurité et conditions de travail (CHSCT) suite à la création des comités uniques. Les attributions sont les mêmes et les comités uniques peuvent faire appel à l’expertise des CSSCT dans le cadre des réorganisations ou autres transferts d’activités. Par ailleurs le CSSCT peut diligenter des enquêtes lors de problèmes dans une direction, ce que ne manque pas de demander régulièrement les élu-e-s CGT.

Monsieur le Président, Monsieur le Directeur Général délégué,

CGT Egis petits arrangements fr tramway jerusalemPuisqu’il n’est guère contestable que le projet d’extension du réseau de tramway de Jérusalem vers les colonies des territoires occupés de Jérusalem Est, auquel participe Egis Rail, est contraire aux résolutions du conseil de sécurité de l’ONU (dont les principales sont les résolutions n° 252 du 21 mai 1968, 267 du 3 juillet 1969, 298 du 25 septembre 1971, 446 du 22 mars 1979, 476 du 30 juin 1980, 478 du 20 août 1980, 2334 du 23 décembre 2016), nous affirmons que la participation d’EGIS à cette opération n’est ni légale (car contraire aux engagements pris par l’Etat français sur la scène internationale), ni légitime (car la colonisation de territoires occupés est interdite par la convention de Genève de 1949).

Nous vous rappelons d’ailleurs, car vous ne l’ignorez pas nous en sommes sûrs, que le sujet commence à poindre avec insistance dans la presse, mettant clairement Egis et son actionnaire principal, la Caisse des Dépôts et Consignations, en cause.

Comme vous pourrez en prendre connaissance dans le dossier explicatif produit en cliquant sur le lien suivant : http://cgt.fr/IMG/pdf/rapport_tramway_en_palestine.pdf, trois syndicats (CGT, CFDT et Solidaires) se sont joints à des associations de défense des droits de l’homme pour sensibiliser tant le public que la gouvernance de la caisse à cette situation qui s’avère tout à fait préjudiciable à notre image.

Dans le cadre de la démarche initiée par vos soins sur le respect de l’éthique au sein d’Egis, nous vous enjoignons de résilier immédiatement le contrat qui nous lie à ce projet éminemment contestable et vous demandons de communiquer sans attendre sur les raisons de cette résiliation, afin de préserver l’image d’Egis aussi bien auprès de nos clients vertueux qu’au sein de la société civile.

En outre, le fait de faire participer les salariés à une opération contraire aux résolutions internationales (et à une position de politique étrangère de l’État français) est illégitime et constitue une atteinte caractérisée à la défense des intérêts moraux du personnel d’Egis.

Comptant sur votre réaction rapide, nous vous prions de croire en notre sincère attachement à l’intégrité de notre société sur tous les plans.

Avec nos respectueuses et syndicales salutations.

pdf2018-06-19_Jerusalem_Communique-des-DS-CGT-Egis.pdf570.49 Ko

Les DS CGT d’EGIS.


Depuis Systra se retire du projet de tramway à Jérusalem.

Guillaume Pépy président de la SNCF, a annoncé le retrait de la filiale Systra des lignes « rouge » et « pourpre » du tramway de Jérusalem

Première victoire pour le collectif de campagne « Tramway de Jérusalem : des entreprises françaises contribuent à la colonisation israélienne du territoire palestinien occupé ». Interpellé pour la deuxième fois lors du comité d’entreprise européen SNCF (CEESNCF), Guillaume Pépy, président de l’entreprise, a annoncé le retrait de sa filiale Systra des lignes « rouge » et « pourpre » du tramway de Jérusalem.

Cette victoire fait suite à la publication d’un rapport corédigé par les huit organisations du collectif — dont la CGT — mettant en lumière la participation des entreprise françaises (Egis Rail, Alstom et anciennement Systra) à ce projet, qui visait à relier Jérusalem-Ouest aux colonie israélienne de la Jérusalem-Est palestinienne, en totale violation du droit international.

Le CEESNCF indique qu’il « reste vigilant concernant les agissements du groupe SNCF dans le monde et s’engagera dans toutes les actions pour faire respecter la dignité et le droit ».

La CGT avait déjà participé à la rédaction d’un rapport dénonçant la participation des banque françaises dans le processus de colonisation israélienne, qui avait eu, lui aussi, un impact médiatique retentissant.

  • Nos publications...

    Nos publications...

    Retrouvez dans cette rubrique, toutes les publications éditées par la CGT.

    Lire la suite...
  • Accords signés par la CGT

    Accords signés par la CGT

    Accords signés par la CGT de l'Etablissement public...

    Lire la suite...

 

Calendrier